Avec l’émergence de plateformes de réservation d’hébergement comme Airbnb, les locations de courte durée ont connu une fulgurante progression ces dernières années au point que plusieurs hôteliers ont exigé une réglementation du secteur. Une panoplie de touristes et de voyageurs privilégient ce mode d’hébergement au détriment des hôtels. Mais, les chaînes d’hôtels ont-elles vraiment raison de s’inquiéter ? Dans les lignes qui suivent, nous allons voir comment les locations de vacances de courte durée ont révolutionné l’industrie du tourisme.

Une explosion du nombre de touristes

L’hébergement et la restauration des vacanciers et autres voyageurs étaient traditionnellement assurés par les hôtels. Ces derniers étaient connus pour leurs tarifs exorbitants qui n’étaient accessibles qu’à un petits nombre de privilégiés. Les locations de courte durée sont une alternative moins coûteuse, plus flexible et plus confortable à certains égards que les hôtels classiques.

Dans une location de courte durée, le vacancier a accès la plupart du temps à un appartement où il a accès à des commodités comme une cuisine, un lave-linge et d’autres avantages qui coûteraient une fortune dans un hôtel. Il y a droit à une intimité et à une tranquillité qu’on trouve rarement dans un établissement hôtelier. Le touriste peut cuisiner lui-même ses plats, ce qui revient bien moins cher que de manger dans un restaurant. Ces nombreux avantages ont conduit à l’émergence de nouvelles catégories de touristes. Avec les locations de courte durée, presque tout le monde peut s’offrir le luxe de voyager sans se ruiner.

On a ainsi assisté à une explosion du nombre de personnes allant en vacances dans des pays étrangers. Les îles de Majorque et Ibiza en Espagne ont longtemps accueilli des hordes de voyageurs de toute l’Europe et au-delà. Mais récemment, ces deux destinations comme divers autres endroits à travers le vieux continent ont commencé à étouffer sous la pression d’un flux croissant de touristes. La faute est imputable aux sites de locations de courte durée comme Airbnb. En réaction au flot continu de touristes qui déferlent sur l’Espagne, le gouvernement a mis en place une amende de 40 000 euros contre les propriétaires qui louent un appartement sans avoir la licence appropriée.

Un profond impact sur l’industrie hôtelière

L’industrie hôtelière est sans aucun doute l’une des premières victimes des locations de courte durée. Depuis qu’Airbnb est entré dans le secteur de l’hébergement en 2008, l’industrie de l’hôtellerie a encaissé de nombreux coups. Cet acteur, qui possède le plus grand réseau de partage de maisons avec plus de deux millions d’inscriptions dans le monde, est très populaire auprès des jeunes voyageurs qui préfèrent ce type d’hébergement aux hôtels conventionnels.

Depuis peu, les voyageurs d’affaires, pain quotidien de l’industrie hôtelière, ont commencé eux aussi à s’intéresser à cet habitat locatif. La location de courte durée est rapidement devenue une menace pour les hôtels, car les voyageurs choisissent de réserver avec des hébergeurs indépendants plutôt qu’avec des hôtels traditionnels. Depuis son lancement en 2008, le marché en ligne Airbnb a connu une croissance très rapide, avec plus de sept à huit millions d’invités et plus de trois millions de nuitées de réservations cumulées dans le monde, fin 2015.

Selon certaines évaluations, les hôtels perdent environ 450 millions de dollars en revenus directs par an à cause des locations de courte durée qui ont été popularisées par des plateformes de la trempe d’Airbnb. HVS, un bureau de consultance spécialisé dans l’hôtellerie, estime que les nuitées en location de courte durée atteindront cinq millions par an. Ce bureau affirme que ce nouveau mode d’hébergement a clairement diminué la demande pour les chambres d’hôtel traditionnelles. De plus, une kyrielle d’employés d’hôtel perd son emploi en raison de cette demande en berne.

Partout dans le monde, les hôteliers se mobilisent pour contrer la montée en puissance des locations à court terme. Cette mobilisation a conduit à la rédaction de nombreuses lois limitant les possibilités de mettre en location de courte durée des appartements. En France, cette offensive des hôteliers a conduit à limiter le nombre de jours de location à 120 nuitées par an. Aux Etats-Unis, l’association des hôteliers s’est dotée d’un budget annuel de 5,6 millions de dollars US rien que pour freiner l’expansion des locations courtes.

Une redynamisation du tourisme

Les locations de courte durée menacent peut-être les hôtels, mais ils constituent une aubaine pour l’industrie touristique dans sa globalité. En dispersant les dépenses des clients dans les quartiers et les ménages de la ville, la location de courte durée aide les entreprises locales dans de nombreux quartiers où l’activité touristique n’est généralement pas présente. En fait, le partage augmente réellement le «gâteau de l’hospitalité». Un tiers des voyageurs qui utilisent ce mode d’hébergement n’aurait pas voyagé ou ne serait pas resté aussi longtemps. La location de courte durée sert les voyageurs pendant les périodes où les hôtels sont intégralement réservés. Ces voyages n’auraient pas pu se faire physiquement sans l’apport des plateformes de partage de maison comme Airbnb

L’industrie hôtelière et les hôtes qui partagent leur logement sur Airbnb, peuvent exister ensemble dans l’économie touristique en plein essor. Et les décideurs en arrivent de plus en plus à cette conclusion. C’est ce qui expliquent que des centaines de municipalités à travers le monde developpent des règles de partage équitables qui profitent aux hôtes, protègent et renforcent les communautés.

Une transformation en profondeur de l’industrie touristique

L’économie collaborative en général, et les locations de courte durée en particulier, sont en train de changer le visage de l’industrie touristique. Autrefois réservée à une élite particulière, le tourisme est désormais accessible au plus grand nombre. En ces temps de vaches maigres, où chaque centime compte, les locations de courte durée représentent une alternative de choix pour ceux qui ne sont pas nés avec une cuillère en or dans la bouche.

Les locations de courte durée, de par leurs prix abordables, ont permis à cette industrie de rester à flot, malgré la dure conjoncture économique que traverse le monde. Grâce à ce nouveau mode d’hébergement, les personnes qui autrefois ne pouvaient voyager, peuvent désormais le faire sans avoir à grever leur budget. Les plateformes web faisant la promotion de ce type d’hébergement ne se contentent pas uniquement de proposer un lit. Leurs offres comprennent également le transport et d’autres aspects du tourisme.

Le tourisme classique est critiqué par de nombreuses personnes et surtout les plus jeunes. On l’accuse de manquer d’originalité et d’authenticité. Certaines personnes l’affublent du terme « aseptisé », car elles estiment que dormir dans un hôtel ne permet pas de comprendre la culture et les coutumes des lieux qu’on visite. Louer un appartement ou dormir chez l’habitant est de plus en plus prisé par certaines catégories socio-économiques, dont les plus jeunes. Vu qu’ils sont l’avenir de l’humanité, on assistera à n’en point douter à une reconsidération de l’offre touristique.

Une diversification de l’offre touristique

Les nombreuses régulations ayant cours dans le secteur touristique ont conduit à un appauvrissement de l’offre. Les hôtels sont concentrés dans les zones urbaines, tandis que les zones rurales ont un manque criard d’infrastructures d’hébergement. Conséquence : les touristes restaient confinés dans les grandes villes, tandis que les zones rurales qui ne manquent pourtant pas d’attraits, restaient désespérément vides. Les touristes, même ceux qui le désiraient, ne peuvent accéder à ces zones, car ils ne pouvaient y trouver de systèmes d’hébergement.

Les plateformes collaboratives permettent à tout le monde de devenir hôtelier. Par conséquent, même les zones les plus déshéritées en termes d’infrastructures touristiques peuvent être désormais visitées. Ces plateformes étant accessibles depuis n’importe quel point du globe, tout le monde peut visiter les sites de son choix. On assiste, ainsi, à une véritable diversification de l’offre touristique. L’économie du partage change le marché du tourisme, donnant aux gens de nouvelles options pour savoir où rester, quoi faire, et comment se déplacer.

Les plates-formes en ligne offrent un accès facile à un large éventail de services, dont certains sont de meilleure qualité et plus accessibles que leurs équivalents rationnels. Selon l’OCDE, les sociétés de partage peuvent amener les touristes vers des destinations qui étaient auparavant peu populaires. Par exemple, une étude réalisée en 2016 par l’Observatoire Valaisin du Tourisme sur l’impact d’Airbnb sur le tourisme en Suisse a montré qu’Airbnb a développé le marché touristique de quelques villes où le coût élevé des séjours à l’hôtel réduisait le nombre de touristes auparavant.

Les entreprises en place sont poussées à répondre à cette concurrence accrue et à ajuster ce qu’elles proposent, soit en abaissant les prix, soit en améliorant la qualité de leurs services. Par exemple, en France, l’opérateur ferroviaire national SNCF a développé de nouveaux produits tels que des services de train et d’autobus à bas prix pour concurrencer les services de covoiturage tels que BlaBlaCar.

La nécessaire adaptation du tourisme traditionnel

Le secteur touristique traditionnel doit adapter son offre en réorientant ses services au plus près des besoins des clients. En fait, les hôtels devraient fournir des services plus personnels pour faire face à cette nouvelle tendance de l’économie du partage.

Certaines entreprises essaient déjà d’innover et de répondre aux nouveaux désirs des clients en offrant des services similaires. Par exemple, Hertz a créé un nouveau service appelé Hertz on Demand. Concernant l’hébergement, Marriott Hotels a pris l’initiative en proposant des locations d’appartements sur son site internet. Certaines entreprises ont réussi à faire le délicat mélange entre location d’appartements et services hôteliers.

L’économie du partage due à l’essor d’Internet et de la technologie numérique permet aux clients de trouver la meilleure offre correspondant à leurs besoins. Ce modèle alternatif donne une grande puissance et une myriade d’opportunités pour les consommateurs et les entreprises. L’ensemble du marché a été affecté par cette nouvelle tendance qui a obligé les entreprises à réorienter leur stratégie pour répondre aux nouvelles attentes. L’industrie du tourisme a énormément changé.

Les locations de courte durée ont grandement changé le visage du tourisme mondial. Elles ont grignoté des parts de marché dans des secteurs comme l’hôtellerie, le transport et la restauration. L’émergence de ce nouveau mode d’hébergement a suscité une levée de bouclier de la part des hôtels et des régulateurs. Cependant, nombreuses sont les personnes qui commencent à réaliser que la location de courte durée constitue plus une opportunité qu’une menace pour le tourisme. Cette prise de conscience a conduit plusieurs acteurs à étoffer leurs offres pour s’adapter aux nouvelles exigences du marché.